Surélévation d'une maison bourgeoise à Rennes


Tout projet d’extension ou de surélévation possède ses exigences architecturales. Encore plus quand il s’agit d’intervenir sur une maison bourgeoise située à quelques pas du centre historique de Rennes. Un projet harmonieux, d’une précision millimétrée, mené de main d’architecte par Claire Dupriez.


Superficie : 40 m2 (loi Carrez)

Pièces supplémentaires : 4 chambres, 1 salle de bains, 1 toilette, 1 dressing

Architecte : Atelier Claire Dupriez

Coût de la surélévation : 2 400 €/m2

Ils ont participé au projet : 

Maçonnerie : Bouchard ConstructionCharpente et de couverture : Jarnot 

Menuiseries intérieures et parquet : Atouts service Carrelage : Luco & Bataller Electricité, plomberie, chauffage : Rihet  Peinture : Garel



Surélévation vue depuis la rue. Ossature bois et habillage en briques pleines moulées à la main et disposées en quinconce

Initier le projet de surélévation d’une maison classée

Comment agrandir une bâtisse ancienne de 4 chambres supplémentaires déjà pourvue d’une extension ?  Une partie du jardin ayant été grignotée en 1972 par l’agrandissement du salon, « le cahier des charges ne collait qu’avec une surélévation ».

Comme le dit Claire Dupriez, « on ne pouvait pas réaliser plusieurs chambres sans lumière naturelle. »

Vue de l'intérieur de la surélévation - Gerbière (châssis en aluminium) avec stores électriques

Il aura fallu environ 1 an et demi pour obtenir  l’aval des bâtiments de France et surtout le permis de construire. Et plusieurs mois de plus afin que cette surélévation « s’intègre dans l’existant sans impression de rajout. Ni vue, ni connue ou presque ».


Surélever sans impression de rajout

A l’origine, la maison possédait « un toit en croupe avec des combles très basses partiellement aménagées ». L’idée consistait donc à « reconstruire ce toit en ardoise à l’identique, comme si on l’avait déposé et réintroduit ». « Les cheminées ont été conservées » et le résultat « paraît moins écrasé que l’aspect initial ».


vue du jardin de la surélévation et du toit en ardoise

La surélévation a été réalisée « en ossature bois avec un parement en vraies briques posées une à une en quinconce ».

Devant, « des gerbières en aluminium » ont été installées. A l’arrière, les lucarnes ont été remplacées par « des châssis fixes avec vue sur le jardin ainsi que des velux ».



Sur le reste de la façade, les volets en bois et les briques ont été peints en gris. Un e​​​nduit à la chaux a été réalisé.

Sur l’ensemble de la façade,, Claire Dupriez a apporté « un soin particulier aux détails de modénature, comme les chevrons en sous face de toiture, les différentes épaisseurs de briques, etc. »


Jeu de lignes... Les poutres en bois apparentes répondent aux garde-corps de l'une des chambres.

L'une des chambres à l'intérieur de la surélévation, parquet en sapin d'origine remis à neuf.

Parquet repeint en foncé dans la salle de bains

#habitat #construction #architecte

Suivez-nous

  • Facebook
  • Linkedin
  • Instagram
  • Pinterest

Contactez-nous

02 99 26 68 48

10 Rue du Breil 35000 Rennes

Mentions légales Politique de protection des données personnelles Politique cookies Modifier les choix cookies