Le marché de la cheminée s’éteint-il à petit feu ?

Fini la vieille cheminée traditionnelle ouverte, à faible rendement et nocive, place désormais aux inserts et cheminées à foyer fermé. L’insert est un appareil s’encastrant dans un foyer ouvert, destiné à améliorer son rendement. Quant au foyer fermé, il s’agit d’un poêle que l’on raccorde sur un conduit de fumée, le tout habillé par une cheminée décorative.

Faible engouement pour la cheminée

Le marché des foyers et inserts à bois s’est largement dégradé ces dernières années. L’année 2017 a été chiffrée à plus de 91 millions d’euros mais en baisse de 66% par rapport à 2008. En plus de cela, le marché fait face à plusieurs problématiques. Premièrement, les fabricants de cheminées ont vu la concurrence étrangère s’accroître. Secondement, les difficultés qu’éprouve le marché n’incitent pas les jeunes à se spécialiser dans le métier d’installateur de cheminées et donc le secteur peine à trouver du personnel qualifié. Il n’y a toutefois pas de quoi crier au feu, les acteurs du marché restent optimistes concernant les années à venir. À l’heure actuelle, GSB (36% de part de marché), installateurs (35%) et réseaux d’installeurs exclusifs (22%) se partagent presque à eux seuls le marché.

Le marché a encore une grande marche de manœuvre devant lui

Aujourd’hui, pas loin de 8 millions de français se chauffent au bois et selon les derniers chiffres de l’ADEME, la moitié des appareils de chauffage domestiques au bois sont déclarés comme non performants. 15% d’entre eux sont des foyers ouverts, et 36% des foyers fermés ancien. Ainsi, on comptabilise deux millions de cheminées qui nécessitent d’être rénovées en France.

#cheminee #chauffage #habitat #etudedemarche

Suivez-nous

  • Facebook
  • Linkedin
  • Instagram
  • Pinterest

Contactez-nous

02 99 26 68 48

10 Rue du Breil 35000 Rennes

Mentions légales Politique de protection des données personnelles Politique cookies Modifier les choix cookies